Close

SOCIÉTÉ

Cartier s’engage contre la crise mondiale de la nature

SOCIÉTÉ

L’une des plus grandes griffes de luxe au monde vient de se joindre au « Lion’s Share Fund », une initiative révolutionnaire qui réunit marques, défenseurs de l’environnement et consommateurs pour faire face à la crise planétaire de la nature, de la biodiversité et du climat. Dirigé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et une coalition d’entreprises&de partenaires des Nations Unies, ce fonds novateur vise à lever plus de 100 millions de dollars par an au cours des cinq prochaines années. Objectif : s’engager à financer les efforts de lutte contre la perte de biodiversité et de protection des habitats en invitant les marques à verser l’équivalent de 0,5 % de leurs dépenses publicitaires chaque fois que l’image d’un animal est utilisée dans leurs publicités.

 « La biodiversité, notamment la faune sauvage et les écosystèmes sains, sont à la base du bien-être, de la sécurité et de la résilience de toutes les sociétés. Pourtant, un million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction dans les décennies à venir, en grande partie à cause de l’activité humaine. La crise du COVID-19 est un cinglant rappel que la santé et le bien-être des humains sont intrinsèquement liés à la santé et au bien-être de notre planète. Mais la crise continue de mettre en exergue les possibilités pour les humains d’agir collectivement pour relever un défi mondial commun. Tirant profit de la puissance de la créativité et des partenariats, l’idée de The Lion’s Share est aussi captivante que l’impact considérable qu’elle aura. Les revenus générés et le nouveau public touché par cette initiative ambitieuse et unique en son genre auront un véritable effet durable sur l’avenir de notre planète et des animaux avec lesquels nous la partageons », a déclaré Achim Steiner, l’administrateur du PNUD. De son côté, Cyrille Vigneron, PDG de Cartier International a souligné : « La beauté du monde naturel a toujours été une source d’inspiration et de créativité pour les pièces intemporelles de Cartier (…). En tant que citoyens du monde, nous estimons qu’il est de notre devoir de protéger la biodiversité de la planète et de faire une différence dans la conservation de la faune sauvage. Cela signifie qu’il faut renforcer le soutien à des partenariats innovants comme « The Lion’s Share Fund » et unir nos forces pour préserver le patrimoine naturel mondial pour les générations futures. »

Pour rappel, en 2018, ce fonds a été lancé pour aider la réserve nationale de Niassa au Mozambique à mettre fin au braconnage des éléphants en améliorant les systèmes radio qui jouent un rôle essentiel pour les agents des forces de l’ordre chargés de protéger la faune sauvage. Ce fonds a également permis l’acquisition de terres pour accueillir des orangs-outans, des éléphants et des tigres en danger d’extinction dans la province de Sumatra du Nord, en Indonésie. Les activités se sont étendues avec la mise sur pied d’une équipe exclusivement féminine de gardes forestiers et la création du premier sanctuaire de rhinocéros de l’île. En outre, à la suite des feux de brousse qui ont dévasté une partie de l’Australie, « The Lion’s Share Fund » a accordé deux micro-financements pour soutenir les efforts de traitement et de réhabilitation des animaux sauvages blessés dans toute la Nouvelle Galles-du-Sud, et pour sauver de l’extinction les souris marsupiales de l’île Kangourou.

Désormais, face à la pandémie mondiale, le fonds annonce de nouvelles subventions pour aider les communautés qui dépendent du tourisme basé sur la faune sauvage, une activité qui emploie des millions de personnes et joue un rôle crucial dans la conservation de cette faune à travers le monde. Les subventions permettront ainsi de financer des projets locaux dans neuf pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine afin de renforcer la résilience dans des zones riches en faune sauvage et de soutenir la protection d’espèces menacées dans leurs derniers retranchements.

Bien que des animaux apparaissent dans près de 20 % de l’ensemble des publicités diffusées dans le monde, ils ne reçoivent pas toujours le soutien qu’ils méritent. « The Lion’s Share Fund » offre ainsi la possibilité aux marques de prendre des mesures urgentes et significatives afin de contribuer à la protection de notre planète. On salue vivement cette noble initiative !

 

Par Nafissa El Bouanani

Interviews

Fehd Benchemsi : l'ambassadeur de la musique Gnaoua à Los Angeles

Cet artiste aux multiples facettes n’est plus ...

Le Fassicule, quand humour et sciences font bon ménage

Hakim Bennani AKA Le Fassicule nous divertit depuis des ...

Mehdi Nassouli : l'étoile montante de la musique Gnaoua

Mehdi Nassouli est un artiste marocain aux nombreuses ...

Samy Snoussi entre art et urbanisme

  Samy Snoussi, ce créatif franco-marocain dont ...

Harakatso, au-delà du sport

Sophia Touti alias Harakatso est une femme marocaine ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
VAINCRE LES CANCERS PEDIATRIQUES EN AFRIQUE

Les chiffres sont alarmants. Selon l'OMS, sur les 400 000 ...

Generic placeholder image
UN CONCOURS ARTISTIQUE À M AVENUE

M Avenue lance la première édition de M ...

Generic placeholder image
L’IFC RETROUVE (ENFIN) SON PUBLIC

La saison 2020/2021 a été particulière ...

Generic placeholder image
LA PATROUILLE DE LA MARCHE VERTE FAR POUR LE FINISH DU RALLYE AICHA DES GAZELLE

Après neuf jours de course intense, les Gazelles ...

Generic placeholder image
SHIRU OUVRE SA 3E ADRESSE A CASABLANCA

Le Groupe Shiru poursuit son expansion à Casablanca ...