Close

MODE

Collection Chanel prêt-à-porter automne-hiver 2024-25 : Androgyne et cinématographique

MODE

« Deauville, c’est là que tout a commencé pour la Maison. 1912, l’année de sa boutique de chapeaux et très rapidement apparaissent les premiers vêtements au style visionnaire, radical. Les débuts de Gabrielle Chanel, c’est une histoire qui me tient à cœur », confie Virginie Viard. Sur le champ de course, au bord de la mer, à la table de jeux, dans les restaurants et les palaces, sur les Planches : tout y est élégance et mise en scène de soi.

« Pour cette collection, nous avons reconstitué les Planches de Deauville, ajoute-t-elle. Des écrans géants diffusent de longues silhouettes romantiques qui déambulent dans la lumière du petit jour, jusqu’au soleil couchant. » Emmitouflées dans leur mystère, les mannequins se promènent le long de la plage. Années 1920 et 70 se croisent et se répondent.

Androgyne et cinématographique, la collection Prêt-à-Porter Automne-Hiver 2024/25 de CHANEL imaginée par Virginie Viard puise sa féminité dans la garde-robe de Gabrielle Chanel et sa masculinité dans les élégances feutrées des hivers en bord de mer. Des cabans aux larges épaules, de longs manteaux ceinturés façon robe de chambre sont portés sur des tailleurs en tweed – jupe à plis creux, jupe-culotte ou pantacourt –, des pantalons à pont ou à pattes de serrage dans le dos.

De gros tricots marins ou sur lesquels les paysages de Deauville sont représentés alternent avec des blouses en soie à col marin, imprimées de chevrons, des tops décolletés à volants, des combinaisons- pantalons et des déshabillés évoquant, par leur légèreté, le mouvement des vagues et le souffle du vent.

La palette emprunte ses tons vifs ou pastel, de rose, de mauve, d’orangé et de bleu pâle aux couleurs changeantes du ciel de Deauville, auxquels s’ajoutent les bruns et le doré des lamés. Pellicule 35mm, tickets de cinéma, les imprimés rendent hommage à la ville du 7e art, du Festival du cinéma américain et d’Un homme et une femme de Claude Lelouch auquel le film d’Inez et Vinoodh qui ouvre le défilé rend hommage.

« La silhouette de David Bowie, le magnétisme des stars marchant sur le sable, comme Anouk Aimée, grande amie de Gabrielle Chanel, la collection rend hommage à ces figures familières. »

Les sacs iconiques sont omniprésents, ainsi que les larges capelines pastel, les foulards de soie chamarrés, les bottes montantes et cuissardes à hauts talons en peau lainée, clin d’œil au manteau d’Anouk Aimée dans Un homme et une femme.

« C’est une collection très chaleureuse, par la superposition de matières, de couleurs et de volumes. Elle rend hommage à Deauville, ce lieu mythique où Gabrielle Chanel a rencontré sa destinée. »

Interviews

Fehd Benchemsi : l'ambassadeur de la musique Gnaoua à Los Angeles

Cet artiste aux multiples facettes n’est plus ...

Le Fassicule, quand humour et sciences font bon ménage

Hakim Bennani AKA Le Fassicule nous divertit depuis des ...

Mehdi Nassouli : l'étoile montante de la musique Gnaoua

Mehdi Nassouli est un artiste marocain aux nombreuses ...

Samy Snoussi entre art et urbanisme

  Samy Snoussi, ce créatif franco-marocain dont ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
"Eid Brunch & Stay" au Conrad Rabat Arzana

Au coeur du printemps 2024, le Conrad Rabat Arzana ...

Generic placeholder image
Rosebud, l’expo de Najia Mehadji à L’Atelier 21

L’artiste plasticienne Najia Mehadji ...

Generic placeholder image
Generic placeholder image
La comédie « Redoutables » au Studio des Arts Vivants

La 13ème édition des Théâtrales ...

Generic placeholder image
Ouverture imminente du Radisson Hotel Casablanca Gauthier la Citadelle

Avec l'ambition de doubler sa présence au Maroc, ...