Close

SOCIÉTÉ

L'association Les Impériales soumet son rapport sur le rôle de la communication dans la promotion de la Moudouwana

SOCIÉTÉ

Dans le cadre des consultations lancées par l’Instance chargée de la révision du Code de la Famille, l'association Les Impériales lance son rapport sur le rôle de la communication dans la promotion du code de la famille. L'appel est lancé : mettre la communication au cœur de toute politique publique spécifique à la famille. Le gouvernement marocain est ainsi interpellé sur l'importance cruciale de placer la communication, la vulgarisation, la sensibilisation et le plaidoyer au cœur des stratégies pour un impact réel.

En collaboration avec l'Union des Agences Conseils en Communication (UACC), l'association Les Impériales s'engage activement dans le débat sociétal sur la révision de la Moudawana au Maroc. Cette initiative, animée par des experts en communication, vise à explorer de nouvelles perspectives pour la promotion du nouveau code de la famille.

En tant que professionnels de la communication, du marketing, des médias et du digital, la contribution de l'association Les Impériales au débat sur le processus de la réforme de la Moudawana se concentre sur un aspect souvent sous-estimé par les décideurs qui est la communication.

Cette contribution reflète la conviction de l'association dans le pouvoir transformateur de la communication. Son initiative invite à une discussion approfondie sur le rôle essentiel de la communication dans les politiques publiques, explorant son rôle catalyseur dans le processus de développement touchant tous les secteurs.

A cet effet, l'association Les Impériales reste convaincue que la communication est un vecteur de développement capable de contribuer à la création d'un environnement où les droits ne sont pas simplement des articles de loi, mais des valeurs vivantes et respectées.

Pour Anouar Sabri, Président de l’association, « nous avons choisi de porter cette mission de sensibiliser les décideurs à l'importance de l'élaboration de stratégies de communication capables de remplir des missions cruciales telles que l'information, la vulgarisation, la promotion et le plaidoyer autour du code de la famille. Nous croyons que l'écosystème de la communication, du marketing et des médias doit être impliqué dans ce débat de société, soulignant le rôle indispensable de notre expertise dans la promotion de tout chantier de société pour l'appropriation de tous, la promotion des avancées de notre pays et la marque Maroc ».

À cet effet, l'association Les Impériales, en partenariat avec l'UACC, a organisé une table ronde sur le thème "Quels rôles peut jouer le secteur de la communication, du marketing et des médias et du digital dans la promotion de la Moudawana". Un échange approfondi entre professionnels a permis de décortiquer tous les défis et opportunités qui se présentent pour la promotion des politiques publiques en termes des droits des femmes et de la famille.

Les actes de cette table ronde plaident pour l’intégration de la communication en tant que composante clés dans toute politique publique spécifique à la famille, où la vulgarisation, le plaidoyer et l'appui à la mise en œuvre par la communication constitueraient des axes stratégiques plutôt que de simples mesures d'accompagnement. Cela devrait s'inscrire dans une approche intégrée, proactive et durable, soutenue par l'intelligence collective et le débat continu pour un impact réel.

La table ronde a également souligné l'importance d'encourager les médias à jouer un rôle actif dans la promotion des droits de la famille en tant que projet de société durable. Les participants ont insisté sur la nécessité d'une participation active et de la responsabilisation individuelle de la population dans le processus. Une contribution en ligne est fortement recommandée pour recueillir les idées clivantes de toutes les forces vives.

L'initiative a également lancé, avec le soutien technique de l'entreprise privée Imperium, une étude auprès des professionnels de la communication. Les indicateurs quantitatifs de cette étude révèlent qu'une écrasante majorité de 96% est d'avis qu'il n'existe pas de véritable communication publique sur les droits de la famille au Maroc. Néanmoins, malgré ce constat, une majorité écrasante, soit 88% des professionnels, demeure convaincue de l'influence significative de la communication sur la perception publique des droits de la famille.

Les indicateurs qualitatifs soulignent le retard considérable dans l'effort public visant à expliquer certains droits fondamentaux, soulignant la nécessité d'éviter les amalgames. Alors que le code de la famille est adopté depuis 2004, la communication pourrait stimuler la démarche de transparence du pays, renforçant ainsi l'image du pays. De plus, avec ses dispositions progressistes, la Moudawana peut véhiculer une image positive du Maroc en tant qu'État de droits, aligné sur des valeurs universelles, contribuant ainsi à renforcer la marque Maroc et à montrer l'engagement envers l'égalité et les droits des femmes.

 

Interviews

Fehd Benchemsi : l'ambassadeur de la musique Gnaoua à Los Angeles

Cet artiste aux multiples facettes n’est plus ...

Le Fassicule, quand humour et sciences font bon ménage

Hakim Bennani AKA Le Fassicule nous divertit depuis des ...

Mehdi Nassouli : l'étoile montante de la musique Gnaoua

Mehdi Nassouli est un artiste marocain aux nombreuses ...

Samy Snoussi entre art et urbanisme

  Samy Snoussi, ce créatif franco-marocain dont ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
Ramzi Boukhiam revient sur la Scène Mondiale du Surf

Boukhiam fait désormais partie du Top 34, ...

Generic placeholder image
Generic placeholder image
Generic placeholder image
Le Festival On Marche célébrera Marrakech

Le Festival international de danse  contemporaine ...

Generic placeholder image
Un vent de renouveau au Mövenpick Mansour Eddahbi Marrakech :

Au Mövenpick Mansour Eddahbi Marrakech, un vent de ...