Close
Menu

Artsies

Les fusions de genres musicaux les plus improbables

Artsies

Nous avons la chance de vivre à une époque où les musiciens ne sont plus liés par des cases ou des genres musicaux. Depuis des décennies, les genres musicaux s’harmonisent et fusionnent pour offrir un patchwork musical riche, alliant sur son chemin plusieurs cultures. Une belle et inébranlable preuve d’un postulat simple : le langage de la musique est universel, il transcende le temps et l’espace, raisonnant ainsi comme un don éternel à délecter. Vous remarquerez par contre tout a long de l’article que le Jazz est un genre qui se mélange avec beaucoup de sauces. D’ailleurs le mot « fusion » en tant que genre est apparu à la fin des années 60 pour désigner le Jazz-Rock, un nouveau genre assemblant la sophistication du Jazz et la force du Rock.

 Jazz & Gnawa

Bien que le festival de Gnawa soit connu pour être une plateforme de rencontre des musiciens du monde et de dialogue entre les artistes étrangers et le mystique genre Gnaoua, ces "fusions" ne sont pas l'invention des organisateurs du festival. C'est une tradition à Essaouria qui remonte aux années 1960. À l'époque, le pianiste de jazz Randy Weston découvre la musique gnawa trance et reste au Maroc pendant un certain temps pour l'étudier et faire des enregistrements avec des musiciens gnawa de renom. Plus tard, dans les années 1970, quand le Maroc devient une destination de voyage pour les hippies, Jimi Hendrix y jette son encre. Les rythmes des tambours et des castagnettes en métal, le son du gembri, les gnawas le rendaient fou. Hendrix aimait faire de la musique avec eux, il appelait ce type d'improvisation transfrontalière "Experience". En ces temps-là, personne ne pensait à enregistrer les sessions, car personne à Essaouira ne rêvait qu'un jour ce guitariste écrirait l'histoire de la musique rock. Après Hendrix, ils sont tous venus : Cat Stevens, Bob Marley, Peter Gabriel, Carlos Santana, Led Zeppelin, jusqu'aux DJs internationaux. Mais qu'est-ce qui fait que la musique gnawa exerce une fascination aussi durable sur les musiciens internationaux de rock, de blues, de jazz et de pop ? Apparemment, il y a une relation structurelle entre les styles musicaux qui semblent, à première vue, si différents. Le musicologue Philip Schuyler, qui fait des recherches au Maroc depuis des décennies, affirme qu’il existe des points communs structurels entre le genre Gnawa et Jazz, Blues, Pop. Il cite le schéma "appel et réponse" : le maître chante et le chœur répond. Ensuite, il y a les tambours polyrythmiques que les Africains ont d’ailleurs diffusés dans le monde entier, et surtout le gembri, avec lequel le chef du groupe dirige les autres musiciens comme un guitariste principal de son groupe de rock. Pour lui, les mélodies gembri sont une bassline sur laquelle les musiciens du monde entier peuvent improviser.

 

Un show mémorable de l’emblématique Maalem Baqbou et le bassiste virtuose Marcus Miller au Festival Gnawa d’Essaouira

  Jazz & Rap 

Le jazz rap est une fusion de jazz et de hip hop qui s'est développée à la fin des années 1980 et au début des années 1990. AllMusic écrit que le genre "était une tentative de fusionner la musique afro-américaine du passé avec une nouvelle forme dominante du présent, rendant hommage à la première et la revigorant tout en élargissant les horizons de la seconde".

Une nouvelle vague d'artistes de la scène hip-hop aujourd'hui tels que Kamasi Washington, Kendrick Lamar et Robert Glasper fusionnent librement le jazz et le hip-hop dans leurs sons. Il s'agit d'une évolution par rapport aux époques précédentes, où un artiste hip-hop samplait un riff de jazz dans la production ou un musicien de jazz jouait avec des beats. Depuis Louis Armstrong et Louis Jordan dans les années 20, en passant par les efforts de pionniers des années 60 et 70 comme Herbie Hancock, Donald Byrd et Quincy Jones, jusqu'à l'âge d'or du hip-hop avec des pionniers comme une tribu appelée Quest et Guru, la frontière entre le hip-hop et le jazz s'est progressivement estompée. Aujourd'hui, le jazz et le hip-hop se confondent, côte à côte. Dans son album To Pimp a Butterfly, Kendrick Lamar indexe consciemment les styles musicaux afro-américains du passé, notamment le jazz et le rap, dans une relation dynamique de renouveau nostalgique d'avant-garde. Un album tellement inspirant que David Bowie s’en est inspiré pour son dernier album « Blackstar ».

 « It is a staggering piece of art. And oddly, I found Kendrick’s rapping – his intonation, his rhythms, his syncopation, the spirit of his phrasing – heavily influenced my own saxophone playing, both on Blackstar and on my new album. David Bowie was very much intrigued by a musician like Kendrick who was creating a personal vision: something that was a mix of many genres, but not really sounding like any of them. » Tony Visconti about TPAB

 Kendrick Lamar - For free, le morceau introductif de son album To Pimp a Butterfly n’est qu’une petite fenêtre sur l’univers jazz prodigieusement mixé au Hip-hop/Rap.

     Rock & Oriental 

« The Arabian percussion section is as funky or more so than anything you would find in occidental music »

Ce mix inattendu se matérialise dans un album hors pair des deux membres du légendaire groupe de rock Led Zeppelin. Les retrouvailles tant attendues entre Jimmy Page et Robert Plant ont eu lieu dans le cadre d'un projet MTV "UnLedded" de 90 minutes, enregistré au Maroc, au Pays de Galles et à Londres. En plus des numéros acoustiques, l'album présente une reprise des classiques de Led Zeppelin, avec un orchestre de cordes marocain et un orchestre égyptien accompagnant un noyau de musiciens de rock and roll, ainsi que quatre chansons d'influence moyen-orientale et marocaine : "City Don't Cry", "Yallah", "Wonderful One" et "Wah Wah". No Quarter est un projet qui a permis d'approfondir les influences classiques et moyen-orientales qui ont imprégné "Kashmir", puis de suivre ce fil intriguant pour créer de nouveaux sons. Nous nous intéressons aujourd’hui à l’épisode spécial MTV qui est devenu celui de l'ère Unplugged le plus regardé de l'histoire de la chaîne.

En 1994, les deux membres de Led Zeppelin jouent en live avec Egyptian Ensemble dirigé par Hossam Ramzy et le London Metropolitan Orchestra. Hossam Ramzy est un maître percussionniste qui a consacré sa vie à jouer de la musique. Son style strident, précis et unique peut être entendu sur de nombreux grands disques de votre collection. Il a joué sur onze albums de Peter Gabriel, a arrangé les percussions égyptiennes sur le Page and Plant / Unledded Tour et la session unplugged pour MTV et a collaboré avec beaucoup des plus grands talents nord-africains d'aujourd'hui comme Cheb Khaled, Rachid Taha et Faudel. Robert Plant le reconnaît pour sa "diligence" sur les enregistrements de Unledded, le Chicago Times notant que Hossam Ramzy a été "le carburant derrière la tournée mondiale de Robert Plant et Jimmy Page". 

Je vous laisse avec une playlist de ce fameux épisode de MTV à la rencontre de l’orient et l’occident :

 

      Rap & Rock 

La combinaison du Rock et du Rap trouve son origine dans les années 80, avec le désir des producteurs de Run DMC de toucher un public plus large et de remodeler "Walk This Way" d'Aerosmith en une chanson rap. Mais au début des années 90, un véritable genre émerge : Hard Alternative, Rap Rock, Rapcore, ou Funk Metal. À proprement parler, ce sont tous des genres différents mais si étroitement liés qu'il est inutile de les séparer. En bref, ce sont des types de rock alternatif plus lourds et plus rapides, avec de fortes influences de la musique rap (classique de la côte est), qui partagent la même férocité et le même esprit anti-commercial. Il ne faut pas oublier, après tout, que le Rap était encore "frais" en 1990. C'est pourquoi les artistes étaient désireux d'insuffler au rap des genres contrastés tels que l'Acid House et le Hardcore/Alt Rock. Les paroles sont rapides, à la manière du rap, et la musique est plus rythmée que les autres types de Rock.

Les artistes de rock et de rap se sont croisés, mais malheureusement, le genre n'a pas percé dans les hit-parades. À la fin du début des années 2000, le genre était considéré comme en déclin, malgré le succès continu de Linkin Park, Limp Bizkit ou encore du titre à succès d’Eminem « Lose Yourself ». Au cours des années 2010, une nouvelle vague d'artistes, dont Death Grips et Twenty One Pilots, a intégré le hip hop à d'autres styles liés au rock, comme le rock indie et industriel. En 2017, Pitchfork détaille une résurgence du genre, citant des artistes Trap nés dans les années 1990, tels que XXXTENTACION, Juice WRLD, Lil Uzi Vert, Lil Yachty et Post Malone.  

Je vous laisse avec une playlist rap/rock spécialement concoctée pour vous. Ce sont mes deux genres préférés, j’étais un peu obligée !

 

Interviews

Fehd Benchemsi : l'ambassadeur de la musique Gnaoua Ă  Los Angeles

Cet artiste aux multiples facettes n’est plus ...

Le Fassicule, quand humour et sciences font bon ménage

Hakim Bennani AKA Le Fassicule nous divertit depuis des ...

Mehdi Nassouli : l'Ă©toile montante de la musique Gnaoua

Mehdi Nassouli est un artiste marocain aux nombreuses ...

Samy Snoussi entre art et urbanisme

  Samy Snoussi, ce créatif franco-marocain dont ...

Harakatso, au-delĂ  du sport

Sophia Touti alias Harakatso est une femme marocaine ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
ERMENEGILDO ZEGNA DÉBARQUE À CASABLANCA

Une nouvelle boutique de plain-pied, en plein centre de ...

Generic placeholder image
Toutes les stars qui ont assisté au Super Bowl 2021

La plus grande nuit du sport, bah c’était ...

Generic placeholder image
The Weeknd met le feu au Super Bowl 2021

Qui a besoin d'un Grammy quand on est le meilleur artiste ...

Generic placeholder image
« Nweta Bene » : Les Inqualifiables déploient un nouveau concept

Portés par l’ambition de partager un nouveau ...

Generic placeholder image
La chérophobie, cette peur irrationnelle d'être heureux

Vous est-il déjà arrivé d’avoir ...