Close

CULTURE

Mohamed El baz à la galerie d’art L’Atelier 21

CULTURE

L’artiste Mohamed El baz réinvestit la galerie d’art L’Atelier 21 à Casablanca, du 16 janvier au 16 février 2024, pour une sixième exposition individuelle intitulée Ad Astra.

Mohamed El baz invite le spectateur à se plonger dans son univers artistique en ordonnant un assemblage visuel à la plasticité criante où des éléments usuels du quotidien, comme des savons, jouxtent des astres. De cette conjonction inhabituelle entre le trivial et le transcendant naît cette déflagration poétique qui a fait la réputation de l’artiste.

Dans la préface du catalogue d’exposition, l’écrivain Olivier Rachet établit ce constat : « Mohamed El baz en est convaincu : le néant se regarde, et c’est à partir de ce face-à-face tout aussi tragique que dérisoire que des images peuvent se construire, se fabriquer et se donner à voir. L’ambition de cette halte que constitue pour l’artiste chaque nouvelle exposition est tout d’abord d’ordre cosmogonique. Il s’agit de commencer par regarder le ciel, l’espace, les nuages, c’est-à-dire notre origine disparue et notre solitude suprême. »

Et de poursuivre : « Regarder le monde à partir d’un point de fuite ou d’une ligne d’horizon impossible qui intègrerait tous les savoirs et les non-savoirs, les contradictions inhérentes à notre nature humaine toujours plus ou moins déchue, jusqu’aux conflictualités qui font l’Histoire en train justement de se tramer ou de se défaire en permanence sous nos yeux ».

Depuis plusieurs années, Mohamed El baz a assigné comme mission à l’art de « Bricoler l’incurable », une expression qu’il a emprunté à l’écrivain Cioran. Dans cette exposition intitulée Ad Astra, en hommage au film éponyme de James Gray, Mohamed El baz compose un univers, à la fois intime et lointain, comme si les planètes pouvaient être davantage à portée de main qu’une chute de savon. Cette exposition exacerbe aussi l’intérêt de l’artiste pour les œuvres en trois dimensions. Rarement Mohamed El baz aura produit autant d’objets qui brisent les frontières entre la sculpture et une œuvre plane qu’on accroche sur un mur.

Mohamed El baz est né en 1967 à Ksiba au Maroc. Après l’obtention du diplôme national d’arts plastiques à l’École régionale d’Art de Dunkerque en 1989, il obtient en 1992 le diplôme d’expression plastique à l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Il a également poursuivi des études à l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques à Paris. Ses œuvres ont intégré de prestigieuses collections permanentes dont le Fonds National d’Art Contemporain du Languedoc-Roussillon et de Corse, ainsi que le Fonds d’art contemporain - Paris Collections, et le musée national d’Art Moderne de Lille.

L’artiste vit et travaille à Tahannaout.

Du 16 janvier au 16 février 2024 à la galerie d’art L’Atelier 21

Interviews

Fehd Benchemsi : l'ambassadeur de la musique Gnaoua à Los Angeles

Cet artiste aux multiples facettes n’est plus ...

Le Fassicule, quand humour et sciences font bon ménage

Hakim Bennani AKA Le Fassicule nous divertit depuis des ...

Mehdi Nassouli : l'étoile montante de la musique Gnaoua

Mehdi Nassouli est un artiste marocain aux nombreuses ...

Samy Snoussi entre art et urbanisme

  Samy Snoussi, ce créatif franco-marocain dont ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
Ramzi Boukhiam revient sur la Scène Mondiale du Surf

Boukhiam fait désormais partie du Top 34, ...

Generic placeholder image
Generic placeholder image
Generic placeholder image
Le Festival On Marche célébrera Marrakech

Le Festival international de danse  contemporaine ...

Generic placeholder image
Un vent de renouveau au Mövenpick Mansour Eddahbi Marrakech :

Au Mövenpick Mansour Eddahbi Marrakech, un vent de ...