Facebook

SOCIÉTÉ

Le syndrome de schadenfriending : pourquoi aime-t-on espionner les gens qui nous exaspèrent sur les réseaux sociaux ?

SOCIÉTÉ

Vous n’appréciez pas cette personne, voire la détestez, et pourtant vous ne résistez jamais à la tentation de la stalker sur Instagram ou Facebook. Bien plus complexe que la jalousie, cette obsession possède un nom : le syndrome de schadenfriending.

 

Souvent, cette curiosité malsaine est le résultat d'une certaine forme de rivalité ou de haine enfouie envers quelqu'un. Cela peut être dû à mauvais évènement du passé ou à un complexe de longue date que la personne amplifie. Par exemple, cette fille populaire du lycée qui vous piquait tous vos crush ou la "bonne élève" de votre entreprise qui gravit les échelons alors que vous peinez à obtenir une augmentation. Et malgré leur côté exaspérant, vous vous sentez obligée de garder contact avec eux via les sociaux.